Backgrounder to appeal/ document d’information sur l’appel

 Le Français suit

  • Canadian non-profit, founded in 2016, dedicated to protecting health and protecting the environment, with a focus on the safety of food production technologies.
  • Campaigns have included GM foods and synthetic biology.
  • Taking Health Canada to the Federal Court of Appeal over its risk assessment of glyphosate.

Who We Are

Context

  • Glyphosate (Roundup) was registered for use in Canada in 1976 as a weed killer.
  • In the 2000s farmers started to spray it right onto growing crops to kill them. 
  • The goal was to “dry-down” or “desiccate” the crops for efficiency purposes: (1) the timing of harvest could be scheduled, and (2) crops wouldn’t be wet so easier to harvest in one pass with big machines. This is “pre-harvest treatment” or “desiccation”.

Problem

  • When glyphosate is sprayed on crops that are growing, it moves through the roots into the plant’s circulation system and then binds to and moves with the nutrients right into the priority growing locations: the seeds, beans and fruits we eat.
  • This “seed sink” is the part of the plant we eat when it comes to grains, including cereals, legumes and mustards.  These include wheat, barley and oats (all cereals);  chickpeas, lentils, soybeans, dry beans, faba beans and peas (all legumes or pulses) and canola and mustard (both mustards). So glyphosate accumulates in these seed sinks.

Case History

2017 Reregistration

  • Since glyphosate was registered for use prior to 1995, a review of its registration was to be initiated by April 1, 2005 (s. 16 Pest Control Products Act). The reviewing agency was the Pest Management Regulatory Agency (PMRA), under Health Canada.
  • The preliminary review took 10 years: it finished in 2015. It went final in 2017. By this time glyphosate had been on the market for almost 40 years.
  • PMRA decided to allow glyphosate products to stay registered in Canada until the next review in fifteen plus years. The Preliminary Re-evaluation Decision (PRVD 2015-01), and the Re-evaluation Decision (RVD2017-01) both held that the PMRA’s evaluation of glyphosate products indicated that they do not present risks of concern to human health or the environment when used according to label directions.

2017 Notices of Objection are Filed

  • Safe Food Matters and 7 other objectors were given 60 days to file Notices of Objection (NoO) to the registration decision, and they did. At the end of June, 2017 they filed their NoOs and asked the Minister of Health to establish an independent panel of persons to review the reregistration decision.
  • The NoOs presented scientific rationale and evidence to support their objections that the PRVD2015-01 evaluation of the health and environmental risks of glyphosate was not valid.

2019 NoOs are Rejected

  • PMRA took 3,883 hours to review the NoOs, and on January 11, 2019 it rejected the request.  
  • PMRA presented a form letter to each Objector, indicating that the objections did not “raise scientifically founded doubt about the validity of [PMRA’s] evaluation of the health and environmental risks of glyphosate.”  It then attached an appendix to each letter in which PMRA countered or ignored the science and arguments raised.
  • PMRA has not provided information to the objectors concerning the qualifications it required for the reviewing scientists.

2019/20 Federal Court

  • Safe Food Matters and its president Mary Lou McDonald in February 2019 filed for the Federal Court to review PMRAs rejection of its NoO on the basis that the rejection was unreasonable.
  • They claim PMRA made many mistakes:
    • It did not examine desiccation and the risk of increased levels of glyphosate in food that it causes;
    • It ignored evidence of markedly increased consumption of desiccated foods (like chickpeas);
    • It used outdated dietary exposure models and old information on diet from the 1990s and from the US;
    • It applied the wrong legal test by requiring objections about the scientific information behind the evaluations. The objection can be about more than that, including a lack of scientific information.  
    • It ignored the fact that labels on spray containers can’t work and the evidence that the labels aren’t followed anyways (as shown by the government’s own studies);
    • It arbitrarily reduced the safety factor imposed by law for spraying glyphosate around children
  • On January 30, 2020 the case was heard. On February 13, 2020 the Federal Court Judge held, in written reasons, that the NoO did not show a scientifically founded doubt about the validity of the evaluations, and that the cased be dismissed.

Current Case: 2020/21 Federal Court of Appeal

On March 13, 2020, Safe Food Matters filed for appeal of the decision of the Federal Court Judge.  The argument is the Judge erred in her approach of her review of the PMRAs decision to reject the NoO.

On October 7, 2020, Canadian environmental groups Friends of the Earth, Environmental Defence and David Suzuki Foundation, represented by Ecojustice, were granted status to intervene in the case.  

A key issue is the interpretation of “scientifically founded doubt about the validity of the evaluations of health and environmental risks”.  The Judge provided her own interpretation of what that standard means. 

Safe Food Matters argues for a wide interpretation of the standard.  An objector should be able to raise scientifically founded doubt about many aspects of the PMRA evaluation process, including the quality, currency and accuracy of the information provided; about the methodologies used; and about the completeness of the evaluation of risks.

Safe Food Matters also argues that its NoO raised scientifically founded doubt, and that a review panel should be created to consider the risks to human health arising from the high accumulation of glyphosate in cereals and legumes that have been desiccated.

Timing/ Procedure

  • Timing details: Arguments are expected to be filed in the winter of 2020, and the case is expected to be heard in 2021.

Objectives

Regulatory Objective: Use legal activism to improve the risk assessment process conducted by direct Health Canada. PMRA should use complete, accurate and current science and methodologies in its risk assessment process, and a wide definition of “scientifically founded doubt” should be granted to objectors to ensure PMRA accountability. This will allow for a better risk assessment process on many fronts.

Campaign Objective: Cause the PMRA to recommend that the Minister of Health strike an independent panel to evaluate the health risks associated with desiccation with glyphosate, which should lead to a ban on desiccation with the chemical.

Organization Objective: Raise funds through GoFundMe to continue the legal case.

How to Help

  • Help Safe Food Matters in its GoFundMe campaign, proceeds of which go only to legal fees. 
  • Share articles from Safe Food Matters published on its website: SafeFoodMatters.org 
  • Share other social media from Safe Food Matters:
  • Contact your grocery store and ask for organic grains, including legumes and cereals.

Qui nous sommes

  • Association canadienne à but non lucratif, fondée en 2016, dédiée à la protection de la santé et à la protection de l’environnement, en mettant l’accent sur la sécurité des technologies de production alimentaire.
  • Les campagnes ont inclus les aliments génétiquement modifiés et la biologie synthétique.
  • Porter Santé Canada devant la Cour d’appel fédérale pour son évaluation des risques du glyphosate

Le contexte

  • Le glyphosate (Roundup) a été homologué au Canada en 1976 comme désherbant.
  • Dans les années 2000, les agriculteurs ont commencé à le pulvériser directement sur les cultures en croissance pour les tuer.
  • L’objectif était de “sécher” ou de “dessécher” les cultures à des fins d’efficacité: (1) le moment de la récolte pouvait être programmé, et (2) les cultures ne seraient pas humides, donc plus faciles à récolter en un seul passage avec de grandes Machines. Il s’agit du “traitement pré-récolte” ou “dessiccation”.

Problème

  • Lorsque le glyphosate est pulvérisé sur des cultures en croissance, il se déplace à travers les racines dans le système de circulation de la plante, puis se lie et se déplace avec les nutriments jusque dans les lieux de culture prioritaires: les graines, les haricots et les fruits que nous mangeons.
  • Ce “puits de graines” est la partie de la plante que nous consommons lorsqu’il s’agit de céréales, y compris les céréales, les légumineuses et les moutardes. Il s’agit notamment du blé, de l’orge et de l’avoine (toutes les céréales); pois chiches, lentilles, soja, haricots secs, fèves et pois (toutes les légumineuses ou légumineuses) et canola et moutarde (les deux moutardes). Le glyphosate s’accumule donc dans ces puits de graines.

Histoire de cas

Réinscription 2017

  • Étant donné que le glyphosate a été homologué avant 1995, un examen de son homologation devait être amorcé le 1er avril 2005 (art. 16 de la Loi sur les produits antiparasitaires). L’organisme d’examen était l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire (ARLA), sous la direction de Santé Canada.
  • L’examen préliminaire a duré 10 ans: il s’est terminé en 2015. Il est devenu définitif en 2017. À cette époque, le glyphosate était sur le marché depuis près de 40 ans.
  • L’ARLA a décidé de permettre aux produits à base de glyphosate de rester homologués au Canada jusqu’au prochain examen dans plus de 15 ans. La décision de réévaluation préliminaire (PRVD 2015-01) et la décision de réévaluation (RVD2017-01) ont toutes deux conclu que l’évaluation par l’ARLA des produits à base de glyphosate indiquait qu’ils ne présentaient pas de risques préoccupants pour la santé humaine ou l’environnement lorsqu’ils étaient utilisés selon les instructions sur l’étiquette.

Les avis d’opposition 2017 sont déposés

  • Safe Food Matters et 7 autres opposants ont eu 60 jours pour déposer des avis d’opposition (NoO) à la décision d’enregistrement, et ils l’ont fait. À la fin du mois de juin 2017, ils ont déposé leur avis de non-conformité et ont demandé au ministre de la Santé de constituer un groupe de personnes indépendant pour revoir la décision de réinscription.
  • Les NoO ont présenté une justification scientifique et des preuves à l’appui de leurs objections selon lesquelles l’évaluation PRVD2015-01 des risques sanitaires et environnementaux du glyphosate n’était pas valide.

Les NoO 2019 sont rejetés

  • L’ARLA a mis 3 883 heures à examiner les avis de non-conformité et, le 11 janvier 2019, elle a rejeté la demande.
  • L’ARLA a présenté une lettre type à chaque opposant, indiquant que les objections ne «soulevaient pas de doute scientifiquement fondé sur la validité de l’évaluation [de l’ARLA] des risques du glyphosate pour la santé et l’environnement». Il a ensuite joint une annexe à chaque lettre dans laquelle l’ARLA contredisait ou ignorait la science et les arguments soulevés.
  • L’ARLA n’a pas fourni de renseignements aux opposants concernant les qualifications requises pour les scientifiques évaluateurs.

Cour fédérale 2019/20

  • En février 2019, Safe Food Matters et sa présidente Mary Lou McDonald ont demandé à la Cour fédérale de réexaminer le rejet par l’ARLA de son avis de non-conformité au motif que le rejet était déraisonnable.
  • Ils affirment que l’ARLA a commis de nombreuses erreurs:
    • Il n’a pas examiné la dessiccation et le risque d’augmentation des niveaux de glyphosate dans les aliments qu’elle provoque;
    • Il n’a pas tenu compte des preuves d’une consommation nettement accrue d’aliments desséchés (comme les pois chiches);
    • Il a utilisé des modèles d’exposition alimentaire périmés et d’anciennes informations sur l’alimentation des années 1990 et des États-Unis;
    • Il a appliqué le mauvais critère juridique en exigeant des objections sur les informations scientifiques derrière les évaluations. L’objection peut être plus que cela, y compris un manque d’informations scientifiques.
    • Il a ignoré le fait que les étiquettes sur les contenants de pulvérisation ne peuvent pas fonctionner et les preuves que les étiquettes ne sont de toute façon pas suivies (comme le montrent les propres études du gouvernement);
    • Il a réduit arbitrairement le facteur de sécurité imposé par la loi pour la pulvérisation de glyphosate autour des enfants.
  • Le 30 janvier 2020, l’affaire a été entendue. Le 13 février 2020, le juge de la Cour fédérale a conclu, dans des motifs écrits, que le non-agent n’avait pas démontré de doute scientifiquement fondé sur la validité des évaluations et que l’affaire devait être rejetée.

Affaire actuelle: Cour d’appel fédérale 2020/21

Le 13 mars 2020, Safe Food Matters a interjeté appel de la décision du juge de la Cour fédérale. L’argument est que la juge a commis une erreur dans son approche de son examen de la décision de l’ARLA de rejeter la non-autorisation.

Le 7 octobre 2020, les groupes environnementaux canadiens Friends of the Earth, Environmental Defence et David Suzuki Foundation, représentés par Ecojustice, ont obtenu le statut d’intervenir dans l’affaire.

Une question clé est l’interprétation du “doute scientifiquement fondé sur la validité des évaluations des risques sanitaires et environnementaux”. Le juge a donné sa propre interprétation de ce que signifie cette norme.

Safe Food Matters plaide pour une interprétation large de la norme. Un opposant devrait être en mesure de soulever un doute scientifiquement fondé sur de nombreux aspects du processus d’évaluation de l’ARLA, y compris la qualité, l’actualité et l’exactitude de l’information fournie; sur les méthodologies utilisées; et sur l’exhaustivité de l’évaluation des risques.

Safe Food Matters fait également valoir que son NoO a soulevé un doute scientifiquement fondé et qu’un comité d’examen devrait être créé pour examiner les risques pour la santé humaine découlant de la forte accumulation de glyphosate dans les céréales et les légumineuses desséchées.

Calendrier / Procédure

  • Détails du calendrier: les arguments devraient être déposés à l’hiver 2020, et l’affaire devrait être entendue en 2021.

Objectifs

Objectif réglementaire: Utiliser l’activisme juridique pour améliorer le processus d’évaluation des risques mené par Santé Canada directement. L’ARLA devrait utiliser une science et des méthodologies complètes, exactes et à jour dans son processus d’évaluation des risques, et une définition large du “doute scientifiquement fondé” devrait être accordée aux opposants pour garantir la responsabilité de l’ARLA. Cela permettra un meilleur processus d’évaluation des risques sur de nombreux fronts.

Objectif de la campagne: Faire en sorte que l’ARLA recommande au ministre de la Santé de créer un comité indépendant pour évaluer les risques pour la santé associés à la dessiccation avec le glyphosate, ce qui devrait conduire à une interdiction de la dessiccation avec le produit chimique.

Objectif de l’organisation: collecter des fonds via GoFundMe pour poursuivre l’affaire juridique.

Comment aider

  • Aidez Safe Food Matters dans le cadre de sa campagne GoFundMe, dont le produit va uniquement aux frais juridiques.
  • Partagez des articles de Safe Food Matters publiés sur son site Web: SafeFoodMatters.org
  • Partagez d’autres médias sociaux de Safe Food Matters:
  • Contactez votre épicerie et demandez des céréales biologiques, y compris des légumineuses et des céréales.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *